Expectations vs Reality

Last Sunday I quit my job. The desk job I’ve been working at for the last three years, the job that was not fulfilling, but at the same time the job that allowed me to find out what it is that does fulfill me.

The send-off was not what I expected: most people had forgotten that it was going to be my last day; I ended up just leaving and saying goodbye to the few colleagues that were there. Not the send-off I had hoped for, I admit. But the reality was that it turned out to be exactly the kind of send-off that I needed. This departure simply confirmed that I was making the right choice.

Setting unrealistic expectations is something I still work on. This Sunday I got reminded of that, once again.

As I was walking out of the office and into the sunshine, through the green meadow filled with wild flowers and the smell of spring in the air, I realized that it was indeed a very symbolic way to step into a new beginning, and a perfect start of the rest of the day.

But then, expectations… I found myself staring at my computer screen for the umpteenth time this morning. The words were there, I could feel it, but they just couldn’t find their way onto the screen.

The expectation I had was that this new beginning would automatically bring me the peace to allow my creativity to express itself onto paper, that I would write inspiring new articles… After all, I had quit my job and many great things were about to happen, right…?

Expectations… realistic expectations. Not so easy.

Reality, so far, has taught me that all things come in due time. I knew this already, since all things have so far happened exactly at the right time… always. (even if I don’t want to admit it)

But as I was sitting at my desk this morning, the lack of inspiration bothered me, it almost even stressed me. Wasn’t this starting as a perfect day? Did I not wake up with a light and carefree feeling, walked my dog in the warm sun, had a good breakfast and started up my computer without throwing my cup of tea all over it?

My dog then came to the rescue. She got up from her regular spot at my feet, looked at me, and walked down towards the front door. She sat there waiting for me, and wouldn’t budge. I couldn’t say no to that, now could I? After all, some fresh air always makes a person feel better.

As I went out, I told myself “just a quick walk, I really need to get back soon to get some stuff on paper afterwards”. Once we were at the park, however, the grass was looking very comfortable.

Before I knew it, I was sitting down on the lawn, relaxing, breathing and letting go of the pressure I put onto myself for absolutely no reason.

I smiled and realized I was really enjoying the present moment. And that everything was perfect just as it was. And that I was happy to have listened to my dog telling me to get out of the house! The words found their way onto the paper after all…

As I think about my future, I don’t know what to expect. I have no expectations.

All I know is that there are endless possibilities, as long as I allow myself to look at the signs the universe sends me, as long as I listen to the people around me that I hold dear, and as long as I make sure that not matter what I do, I keep the joy greater than the effort.

This outlook on life is a mentality that I had to get familiar with and doesn’t always come easy to me.

Somehow, by a series of fortunate events that have presented themselves to me in the last year, I found my way to Brazil last month, where I attended a Yoga Teacher Training.

The entire month was spent in a lovely and inspirational surrounding with lovely and inspirational people: the very talented David Lurey and Mirjam Wagner who guided us through the course, and my 30-so fellow curious students. It has been a month of growth and learning.

Not knowing what to expect, I stepped into the adventure with an open mind. An empty mind you might even say: all I knew of yoga was the asana practice (yoga postures). I had read the recommended books and therefore knew the basic theory on the 8 limbs of yoga, but had no idea of how to put this yoga philosophy into practice.

The reality is that this teacher training was more than I could’ve wished for. In four weeks we got the opportunity to learn, understand and practice all that Yoga encompasses: postures, breathing, philosophy… a different way of living and looking at life. Surrounded by like-mined people that were going through the same process of learning and living yoga, I have never felt more understanding.

It has been an eye-opening experience.

To imagine that I never spent more than an average-length yoga practice with approximately 10 to 15 yoga-practitioners around me in silence, and went on to spending a month in Brazil at a center with nothing but people sharing the same interest as me, practicing yoga on and off the mat, was not something I could comprehend before. Now I’m wondering, however: Will I ever again in my life spend such an amount of time with so many yogi’s and yogini’s having such a unique and fulfilling experience? I feel incredibly humbled and blessed.

Being back into my everyday life, going through the changes in my career-path, I find myself alone. There are few people that practice yoga that I can meet with and share the knowledge that I have acquired in the last month.

So now the challenge begins… now yoga begins.

The everyday, city-life will be the scenery of my coming adventures: finding yogi’s and yogini’s in Lyon, France. Finding the curious students that want to learn more. Offering people the opportunity to learn more about movement and breath, using the knowledge and philosophy to connect with the people around me, and to allow the people around me to connect with each other by sharing the joy of yoga.

Dimanche dernier j’ai donné ma démission. Il s’agissait d’un travail de bureau que j’ai fait pendant trois ans, un travail qui ne me donnait pas de satisfaction mais qui m’a permis en même temps de me réaliser ce qui me donnerait satisfaction.

Les adieux n’étaient pas ce à quoi je m’attendais : la plupart des collègues avaient oublié que ce serait ma dernière journée ; je suis juste partie et j’ai dit adieu aux quelques collègues qui étaient présents. Je dois dire que ce n’étaient pas les adieux auxquels je m’étais attendue. Mais la réalité me force à dire que c’étaient exactement les adieux dont j’avais besoin. Ce départ m’a simplement confirmé que j’étais en train de faire le bon choix.

Je dois toujours travailler à me faire moins d’attentes irréalistes. Ce dimanche-ci me l’a de nouveau rappelé.

En sortant du bureau et m’ouvrant au soleil, marchant à travers le pré vert plein de fleurs sauvages et d’odeurs printanières, je me rendis compte que c’était effectivement une manière bien symbolique de faire un nouveau départ et un commencement parfait du reste de la journée.

Mais alors, les attentes… Je me retrouvai regardant dans le vide pour la nième fois derrière l’écran de mon ordinateur. Je sentais bien que les mots étaient là mais d’une manière ou d’une autre ils n’arrivaient à trouver leur chemin vers l’écran.

Je m’attendais à ce que ce nouveau commencement me fournirait le calme nécessaire pour que ma créativité puisse s’exprimer sur papier, me permettant d’écrire de nouveaux articles inspirants… Puisque j’avais abandonné mon travail et que beaucoup de choses sensationnelles allaient arriver, n’est-ce pas… ?

Les attentes … des attentes réalistes. Ce n’est pas si facile.

Jusqu’à présent la réalité m’a appris que toutes choses arrivent à temps. Je le savais déjà puisque toutes les choses sont arrivées exactement au bon moment, toujours… (même si je ne veux pas l’admettre).

Mais ce matin, assise à mon bureau, je me rendis compte que ce manque d’inspiration me gênait, il me rendais même nerveuse. Après tout c’était la journée parfaite. Est-ce que je ne m’étais pas levée avec une sensation de légèreté, est-ce que je n’avais pas promené mon chien dans la chaleur du soleil, est-ce que je n’avais eu un bon petit déjeuner et est-ce que je n’avais pas mis en marche mon ordinateur sans renverser ma tasse de thé sur le clavier ?

C’est mon chien qui est venu à mon secours. Elle s’est dressée de sa place habituelle à mes pieds, m’a regardée et elle s’est dirigée vers la porte d’entrée. Elle s’est assise là pour m’attendre, sans bouger. Comment refuser ? Après tout un peu d’air frais fait du bien à tout le monde.

En sortant je me suis dit «juste une petite promenade, je dois vite rentrer pour mettre quelques mots sur papier » . Mais une fois dans le parc j’ai vu que l’herbe verte avait l’air bien confortable.

Avant de me réaliser, je me retrouvai assise, me détendant, respirant bien et me débarrassant de toute la pression que j’avais mise sur mes épaules pour aucune raison.

Je me mis à sourire et à jouir pleinement du moment présent. Et que tout était bien comme cela. Et que j’étais heureuse d’avoir écouté mon chien qui m’avait dit de quitter la maison ! Les mots trouvèrent leur voie vers le papier…

En pensant à mon avenir, je ne sais pas à quoi je dois m’attendre. Je n’ai aucune attente. Tout ce que je sais est qu’il y a une multitude de possibilités, tant que je me permets de regarder les signes que le monde m’envoie, tant que j’écoute les gens autour de moi qui me sont chers, tant que je veille à garder les joies plus grandes que les efforts, quoique je fasse.

Cette vision de la vie est une mentalité avec laquelle je devais me familiariser et qui n’est pas toujours facile.

D’une manière ou d’une autre, au bout d’une série d’événements favorables qui se sont produits cette dernière année, je me suis retrouvée le mois dernier au Brésil, où j’ai participé à un cours de formation pour professeur de Yoga. J’ai passé tout le mois dans un environnement agréable et inspirant dans la compagnie de gens agréables et inspirants : les très talentueux David Lurey et Mirjam Wagner qui nous ont mené à travers le cours et les environ trente co-étudiants, tous très curieux. C’était un mois de développement et d’apprentissage.

Ne sachant pas ce à quoi je devais m’attendre, je suis entrée dans cette aventure l’esprit ouvert. On pourrait même dire l’esprit vide : tout ce que je savais du yoga était la pratique asana (les positions yoga). J’avais lu les livres conseillés et donc je connaissais la théorie de base pour ce qui est des 8 membres du yoga, mais je n’avais aucune idée comment mettre en pratique cette philosophie du yoga.

La réalité est que cette formation de professeur était plus que j’avais pu désirer. Pendant quatre semaine nous avons eu la possibilité d’apprendre, de comprendre et de mettre en pratique tout ce que le yoga comprend : les positions, la respiration, la philosophie… une manière différente de voir la vie. Entourée de gens dans le même esprit qui passaient par le même procès d’apprentissage et qui vivaient le yoga de la même manière, je ne me suis jamais sentie plus comprise.

C’était une expérience qui m’a ouvert les yeux.

Et dire que je n’avais jamais passé plus qu’une séance de yoga d’une durée moyenne avec environ 10 à 15 étudiants de yoga autour de moi en silence et que je me suis retrouvée passant un mois au Brésil dans un centre de yoga avec rien que des étudiants de yoga comme moi, faisant du yoga sur et sans natte, cela n’était pas quelque chose que je pouvais me réaliser auparavant. Et maintenant, toutefois, je me demande : pourrai-je un jour de nouveau passer tant de temps dans la compagnie de tant de yogi et de yogini partageant la même expérience unique et satisfaisante ? Je me sens incroyablement reconnaissante et bienheureuse.

De retour maintenant dans ma vie quotidienne, vivant les changements dans ma carrière, je me sens seule. Il y a peu de gens faisant du yoga que je peux rencontrer et avec qui je peux partager les connaissances que j’ai acquises le mois dernier.

Et maintenant le défi commence… maintenant le yoga commence.

La vie urbaine de chaque jour va former la scène de mes prochaines aventures : trouver des yogi et des yogini à Lyon, en France. Trouver les étudiants curieux qui veulent apprendre plus. Fournir aux gens la possibilité d’apprendre plus sur les mouvements et la respiration, utiliser les connaissances et la philosophie pour me mettre en relation avec les gens autour de moi et de permettre aux gens autour de moi de se mettre en relation les uns avec les autres en partageant les joies du yoga.

Advertisements

2 thoughts on “Expectations vs Reality

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s